FR EN
hommes en cagoule derrière un grillage


hommes en cagoule derrière un grillage
© jacqueline Caux. Cinédoc 2004

un couple en cagoule dans le désert


un couple en cagoule dans le désert
© jacqueline Caux. Cinédoc 2004

Oeuvres

Jacqueline Caux

Tumbling down

2002
00:14:00

Thèmes du film : Art vidéo

Versions distribuées : Version 1 :
Master vidéo
DVD
00:06:00
couleur
sonore
Tarif de location : Nous consulter
Disponible : Distribué(e)

Ce film est également disponible en tarif groupé

> Collaborations +

Tumbling down
Performance conçue par Jacqueline Caux
Cast: Maxence Denis, Frédéric Koenig, auke Lanz, Philippe Victor
Images et réalisation : Jacqueline Caux
Acteurs: Tree et Pascal Humbert
Montage : José Huerta
Etalonnage : Olivier Pascal
Musique : Pascal Humbert "Deux coeurs qui battent" -"Le vent à Glade Park"
Stumbling down
Images et réalisation: Jacqueline Caux

> Distributions +

Cinédoc Paris Films Coop

> Descriptif, commentaire +

 

 

"Tumbling Down : Dans la rouge "Vallée des Dieux" (Colorado), deux personnages cagoulés - personnages réels ou personnages de science fiction -, apparaissent soudainement au coeur du désert. Ils tombent, continuellement ils tombent, ils tentent d'avancer encore et encore, ne le peuvent... et tombent et encore, puis disparaissent sans laisser aucune trace de leur incertain passage.


Stumbling down : Dans une fiche industrielle quatre homme en noir cagoulés-personnages réels ou personnages de fiction - apparaissent soudain. Ils avancent et trébuchent, reviennent sur leurs pas et trébuchent, encore et encore... Ils sont parfois groupés :deux, trois, quatre, ou isolés, mais toujours ils trébuchent... Ils se croisent et trébuchent. Ils forment foule et trébuchent, puis disparaissent ...et la friche industrielle, sorte de cathédrale moderne reste vide. 
Jacqueline Caux

Sélectionné au Festival International Paris/Berlin 2003 et le Festival du Film de Femmes de Créteil 2003

"Tumbling Down, vos deux films, sont un peu similaires à deux mains, jointes opposées et complémentaires: noir-blanc, couleurs, désert architecturé et fragment, grillagé de ville dans lesquels les humains sans faces s'affaissent - de très beaux moments de pause et de textures vibrantes qui attirent d'autres images de films de Pascal Baes ou de Pat O'Neill et la sensation que vos films font apparaître l'interstice qui sépare et lie une performance-film et un film et qu'ils n'appartiennent ni à la lenteur ni au ralentissement, ni au statique ni au mobile."
Claudine Eizykman, le 7 avril 2003.