FR EN







© Pat O'Neill / Cinédoc 2003

Oeuvres

Pat O'Neill

The Decay of Fiction

Le Déclin de la Fiction

2002
01:14:00

Thèmes du film : Mythes, Architecture, Urbanisme, Ville, Lumière, Paysage, Underground

Versions distribuées : Version 1 :
Copie film
35mm
01:14:00
couleur
sonore
Tarif de location : Nous consulter
Disponible : Distribué(e)

Ce film est également disponible en tarif groupé

> Collaborations +

Réalisateur, production: Pat O'Neill
Producteur: Rebecca Hartzell
Camera, son: George Lockwood
Assistant de production: Nancy Oppenheim
Best Boy: Doug Cragoe -
Gaffer, key grip: Amy Halpern
Wardrobe: Violetta Elfimova
Maquillage: Tereza Nelson, Tamara Margarian
Assistants-vidéo: Eric Furie, Mark Michael
Camera, Rotoskopanimation: Kate McCabe
Muse: Beverly O'Neill
Acteurs: Wendi Winburn, William Lewis, Julio Leopold, Amber Lopez, Jack
Conley, John Rawling, Patricia Thielemann, Dan Bell, Kane Crawford, Damon
Colazzo, Jacqueline Humbert, Judy Lieff.

> Distributions +

Cinédoc Paris Films Coop

> Descriptif, commentaire +

"The Decay of Fiction est une intersection de faits et d'hallucinations dans un luxueux hôtel à l'abandon. Les murs de l'Ambassador sont lézardés et lépreux, les pelouses sont jaunies et les champignons poussent dans les tapis humides du Cocoanut Grove. Une femme blonde, grand et élégante, se tient, transparente sur la terrasse de son bungalow - regardant le lever du soleil en fumant une cigarette… J'ai griffonné les mots "Le déclin de la fiction" au dos d'un carnet voici quarante années…et depuis j'ai toujours voulu faire un film qui convienne à cette description toute faite. Pour moi elle revient au sort commun des histoires partiellements remémorées - des films partiellement vus, des textes aux marges de la mémoire, disparaissant comme un livre abandonné dehors qui se décompose dans la terre…" 
Pat O'Neill

"Le légendaire hôtel Ambassador où Joan Crawford et Marilyn Monroe furent découverts et où Bobby Kennedy fut tué, se matérialise de la même façon que l'hôtel Overlook de Stanley Kubrick sombre dans la démence, ses pièces vides hantées par les fantômes de films hollywoodiens imaginaires…"
D.Y Daily Variety, 18 février 2003.