FR EN
Le Nez 1
Le Nez©Alexeïeff/Cinédoc 2001

Le Nez 2
Le Nez©Alexeïeff/Cinédoc 2001

Oeuvres

Alexandre Alexeieff

Le Nez

The Nose

1963
00:12:00

Thèmes du film : Animation expérimentale, Architecture, Urbanisme, Ville, Cinema graphique, Pour les enfants

Versions distribuées : Version 1 :
Copie film
16mm
00:12:00
noir et blanc
sonore optique
Tarif de location : Nous consulter
Disponible : Distribué(e)

Version 2 :
Copie film
35mm
00:11:24
noir et blanc
sonore optique
Tarif de location : Nous consulter
Disponible : Distribué(e)

Ce film est également disponible en tarif groupé

> Collaborations +

D'après le conte de Nicolas Gogol.
Musique improvisée: Hai Minh.

> Distributions +

Cinédoc-Paris Films Coop

> Co-Réalisateur +

Claire Parker

> Descriptif, commentaire +

"En terminant ce film, j'ai remarqué que des acteurs inattendus s'y étaient installés petit à petit : la lumière et les heures. La musique (post-synchronisée) a été empruntée au théâtre chinois."
Alexandre Aleixeieff, Présentation commentée de films, IDHEC 1966.

"Alexandre Alexeïeff et Claire Parker ont refondu la nouvelle de Gogol sur l'écran d'épingles en un étrange ballet de visions et de changements à vue des décors, des modifications de la lumière du jour, évoquant le théâtre kabuki, sensation renforcée par la musique improvisée par Hai Min. Dans un Saint-Petersbourg rêvé, monochrome, glacé et désert, le drame de l'homme sans nez, courant désespérément après celui-ci, se joue au ralenti, sans un mot, dans la pure logique du fantasme."
Dominique Willoughby

 

"Le nez, réalisé en 1963, adaptation sans paroles de la nouvelle de Gogol, marque un tournant stylistique, avec la construction en perspective de l'ensemble des scènes, des vues de la chambre, des rues et des bâtiments de Saint-Pétersbourg. La ligne de contour, rejetée trente ans plus tôt, revient discrètement souligner les détails, une trame ondulée en filigrane filtre l'image en la simplifiant. Le modèle solide des corps dans la lumière est toujours présent, et les jeux de lumière deviennent un motif central du film, marquant les heures du jour et de la nuit. L'éclairage tournant du soleil parcourt les objets d'une pièce, glisse sur les toits de Saint-Pétersbourg. Les changements à vue du décor sont remarquables, compénétrant les espaces de la chambre, du rêve, de la rue et de la ville, par les jeux d'effacements et de réinscriptions de la matrice d'épingles. La chute répétée du nez au ralenti est remarquablement maîtrisée. De brusques ruptures surviennent dans cette lenteur enneigée, des changements soudains qu'Alexeïeff apparente au Kabuki japonais. La mode graphique a changé et un nouveau style est apparu, plus clair, plus spatial, plus tranché,
Dominique Willoughby "La Synthèse Cinématographique, des Ombres aux Nombres " in Alexeïeff Itinéraire d'un Maître - Itinerary of a Master, Dir. Giannalberto Bendazzi, Dreamland, Paris 2001