FR EN
Elle



D.R.

Oeuvres

Claude Autant-Lara

Fait-divers

1926
00:17:00

Thèmes du film : Avant-Garde, années 20, Architecture, Urbanisme, Ville

Versions distribuées : Version 1 :
Copie film
16mm
00:17:00
noir et blanc
silencieux
Tarif de location : Nous consulter
Disponible : Distribué(e)

Version 2 :
Master vidéo
DVD
00:22:30
noir et blanc
silencieux
Tarif de location : Nous consulter
Disponible : Distribué(e)

Ce film est également disponible en tarif groupé

> Collaborations +

Produit par Cinégraphic Films Lherbier, avec Louise Lara, Antonin Artaud et Paul Berthet. Tourné de mars à juillet 1923 avec Mme Louise Lara de la Comédie française, Paul Barthet (Monsieur Un) et Antonin Artaud (Monsieur Deux) de la Comédie des Champs Elysées.

> Distributions +

Cinédoc Paris Films Coop

> Descriptif, commentaire +

"L'histoire d'amour, à l'origine de certains faits divers, concerne l'amour porté à l'autre, aux autres, à soi-même et débouche sur un crime dans Fait-Divers dans lequel joue Antonin Artaud, jeune homme "aussi insolite dans sa séduction qu'il le fut en la déchéance physique de ses dernières années" selon Claude Mauriac. (...) Fait-Divers a été réalisé alors que Claude Autant-Lara était très jeune. Le cinéaste relate que son film était aussi "un Fait -quelque chose qui existait- j'avais réalisé, traduit, fait jaillir quelque chose -un premier film-". Un premier film est un élan qui capture l'air du temps et le transforme autant qu'une révolte sociale, personnelle, artistique."
C. Eizykman, Cabinet d'Amateur , n°10, mars 1994, Paris.

"De manière flagrante, Fait-divers nous rappelle qu'il fut néanmoins l'occasion d'une série d'innovations artistiques devenues des éclats filmiques : d'abord il ne comporte contrairement à l'usage aucun sous-titre et il a l'audace de présenter à la fois un extraordinaire ralenti appliqué à un meurtre (imaginaire) et une extrême vivacité des personnages, il mêle dans un même film la ville et la campagne, le noir et blanc pur et hiératique et les gros plans symboliques qui trouent le canevas de l'amour "bourgeois" - enfin Claude Autant-Lara a aussi méticuleusement recherché une "musique épurée"... un petit peu de Honegger et beaucoup d'une invention nouvelle, les ondes Martenot. "Antonin Artaud, Monsieur II systématique et satanique, gigolo de Paris, avec un je ne sais quoi de rescucité tel un Faust du parc Monceau" déclare en 1924 L. Francis Laglenne."
Claudine Eizykman