FR EN
Tails


Oeuvres

Paul Sharits

Tails

1976
00:04:00

Thèmes du film : structurel-minimal

> Descriptif, commentaire +

"Dans Tails, des rouleaux de film sont dessinés à travers une caméra et photographiés à leur passage. Dans un sens entièrement litéral, son sujet est le film - le film et les images qu'il peut contenir est l'unique icône de référence. Le mouvement continu du ruban de film photographié est contrasté par le passage intermittent du film projeté, le dernier permettant de voir le précédent. Mais alors que la plupart de ses précédents films, tel que Analytic Studies , a une certaine qualité didactique, Tails est lyrique. La tension qui anime Razor Blade est partie. Tails devient une simple célébration des plaisirs cinématographiques les plus fugaces, le passage de la fin d'un film passant au travers de la lumière de projection. Pour aller au-delà du jargon actuel de la critique, c'est un film post-structuraliste et post-matérialiste. C'est une réponse à une série de films commençant par A Movie de Bruce Conner, dans lequel apparaissent les perforations, les chiffres sur le bord du film, les saletés, etc. Mais, il détourne cet actuelle manière de filmer du royaume du sublime vers le royaume de la beauté. 

Dans Tails, nous voyons une image violentée par l'action de la lumière, par l'effet de flou qui a lieu à la fin d'une bobine quand le film n'est plus chargé dans la caméra. Cette dégradation de la sensibilité du film à la lumière qui arrive quand le film est simplement exposé à la lumière sans que l'on ait préalablement fait le point, réglé l'obturateur et le diaphragme, peut produire à la projection une sensation d'inconfort et de malaise. Mais dans Tails, cette exposition à la lumière crée un champ nouveau et imprévu de couleurs belles en elle-mêmes. Cette célébration de la couleur pour elle-même me rappelle la découverte du prisme des couleurs dans la poésie du 18éme siècle, notamment chez James Thomson : " A la mémoire de Sir Isaac Newton."
Thom Andersen