FR EN
Inauguration of the pleasure Dome
Inauguration of the Pleasure Dome©Kenneth Anger/Cinédoc 2001

Oeuvres

Kenneth Anger

Inauguration of the Pleasure Dome

1954-66
00:38:00

Thèmes du film : Underground, Mythes

Versions distribuées : Version 1 :
Copie film
16mm
00:38:00
couleur
sonore optique
Tarif de location : Nous consulter
Disponible : Distribué(e)

Version 2 :
Copie vidéo
DVD
00:37:00
couleur
sonore
Tarif de location : Nous consulter

Ce film est également disponible en tarif groupé

> Collaborations +

Costumes : supervisés par Kenneth Anger
Assistant opérateur : Robert Straede
Musique : Leos Janacek.
Avec : Samson de Brier (Lord Shiva, Osiris, La Bête (The great beast), Cagliostro, Macaroon) - Cameron (La Femme Ecarlate,The Scarlet Woman, Kali) - Katty Kadell (Isis) - Renata Loome (Lilith) - Anais Nin (Astarte) - Paul Mathison (Pan) - Curtis Harrington (César le Somnambule, Cesare the Somnambulist) - Kenneth Anger (Hecate) - Peter Loome (Ganymede).

> Distributions +

Cinédoc Paris Films Coop

> Descriptif, commentaire +

Prix de "L'Age d'Or", Festival International du Film Expérimental "EXPRMTL 58".

"Je voulais créer le sentiment d'être transporté dans un monde de merveilles. L'utilisation de la couleur et du rêve est progressive - en d'autres mots, elle s'étend, devient entièrement subjective -comme lorsque des gens communient, et on le voit à travers leurs yeux."
Kenneth Anger, in Filmmakers Cooperative catalogue n°6, New-York, 1975.

"Kenneth dépeint un rassemblement de déités égyptiennes et hélléniques, sous le contrôle d'un mage et d'une femme écarlate, jaillis de l'imagination créatrice de mythes de son maître préféré, Aleister Crowley. Dès le début, avec le rituel du réveil et de l'habillage, le film reconnait la nature ad hoc de ses incarnations divines. Il s'agit à la fois de rajeunir d'anciens mythes et de montrer une mascarade contemporaine. Le moment désicif du film - l'empoisonnement de Pan et le sparagmos qui s'ensuit, coincide avec l'adoption de nouveaux masques et de nouvelles apparences. Dès le début, Anger avait conçu son film comme un triptique. Lorsqu'il le projeta en tant que tel au 2ème festival du film expérimental à Bruxelles en 1958 l'empoisonnement de Pan était l'instant où les images passaient d'un seul écran aux trois prévus. Dans la version actuellement distribuée, Dans la version actuellement distribuée, Anger introduit une surimpression à ce moment précis et incorpore la stratégie de Scorpio Rising."
P. Adams Sitney, in Underground Americain - Ed. Centre G. Pompidou, Musée national d'Art Moderne, films présentés par la cellule cinéma/vidéo, Paris, 1977