FR EN
Emak Bakia
Emak Bakia©Man Ray Trust/Cinédoc 2001

Oeuvres

Man Ray

Emak Bakia

"Fichez-moi la paix" en basque"

1926
00:21:00

Thèmes du film : Avant-Garde, années 20, Dada

Versions distribuées : Version 1 :
Copie film
35mm
00:21:00
n&b
silencieux
Tarif de location : Nous consulter
Disponible : Distribué(e)

Version 2 :
Element son
CD
00:20:11
sonore
Tarif de location : Nous consulter
Disponible : Distribué(e)

Version 3 :
Copie vidéo
DVD
00:22:00
noir et blanc
sonore
Tarif de location : Nous consulter
Disponible : Distribué(e)

Ce film est également disponible en tarif groupé

> Collaborations +

"Financé par Arthur Wheeler. Assistant : Jacques-André Boiffard. Avec Jacques Rigaut, Kiki de Montparnasse (amie et modèle de Man Ray), Rose Wheeler
Les prises de vues ont lieu à Biarritz et à Paris. Première privée au Vieux Colombier, dirigé par Jean Tedesco, en novembre 1926.
Le film dont le titre signifie en basque : "fichez-moi la paix", est présenté publiquement au Studio des Ursulines à Paris dirigé par Armand Tallier et Myrga, de novembre 1927 à janvier 1928 avec La Glace à Trois Faces de Jean Epstein et Amours exotiques de Léon Poirier.
Existe également une version sonore comprenant les airs suivants :
"St Louis Blues" interprétée par Stéphane Grappelli and his hot four avec Django Reinhardt.
"Celery Stalks at Midnight" interprétée par Will Bradley & Orchestra
"You're driving me crazy" interprétée par Fox trot Quintet of the hot Club of France)
"Limehouse Widow Waltz" interprétée par Stéphane Grappelli
"Merry Widow Waltz" interprétée par Victor Continental Orchestra
"La veuve joyeuse" composée par Frédéric Strauss
Cinédoc"

> Distributions +

Cinédoc (déposé P.F.C)

> Descriptif, commentaire +

"Dans ce film Man Ray met à vif l'accident cinématographique : il lance sa caméra en l'air après l'avoir déclenchée, il explore aussi des jeux d'optique et de lumière (scintillements, reflets, effets d'anamorphose...) en alchimiste, tirant le merveilleux des objets les plus humbles (un siège de W.C., par exemple). Le film montre le poète Jacques Rigaut orchestrer une danse de faux-cols."
Patrick de Haas, Première rétrospective mondiale de l'oeuvre cinématographique de Man Ray, Cinédoc, Paris 1986.